Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 10:06

 

L'une des difficultés, lorsque l'on ignore ou feint d'ignorer a priori les fondements philosophiques de la nation étasunienne, est que de nombreux symboles sont à double usage : chrétien ou anti-chrétien !

 

A/- La devise Novus Ordo Seclorum est bien plus ancienne que l'émission de billets ! Il s'agit de l'une des trois devises latines figurant sur le Grand Sceau des États-Unis depuis ... 1782 ! C'est une reprise de la quatrième Églogue de Virgile, évoquant la naissance d'un nouveau cycle historique succédant à l'âge du fer... Par cette devise, ainsi que quelques autres figurant sur le même sceau ou d'autres documents, les États-Unis ont voulu marqué leur attachement à la tradition politique romaine antique et à la philosophie des Lumières ! Seclorum fait donc bien référence à un sécularisme de la société américaine, en rien à Dieu !

 

B/- Même les devises In God we trust ! ou encore la référence au Créateur dans la Déclaration d'indépendance n'a rien de chrétien, n'en déplaise à certains, s'agissant d'une pure construction intellectuelle fondée sur un grand architecte de l'univers, sur un Dieu de nature[1], le lien avec la pensée de Locke, relayé par Jefferson étant évident ! D'ailleurs Jefferson lui-même précisa que ce Dieu de nature abandonnait tous ses pouvoirs aux hommes[2] ! L'oeil est donc celui de cet architecte de nature, celui de ce pseudo-Dieu arrosant les hommes de la seule raison.

 

C/- La pyramide des billets US est reprise du Pseudo-Jamblique et des pythagoriciens, comme symbole de la perfection. Et son mur de brique est celui, maintenu haut et impénétrable, n'admettant aucune brèche[3] entre l'Église, quelle qu'elle soit, et l'État !

 

Dire que les États-Unis ont eu un fondement exclusivement chrétien est donc faux. D'ailleurs, le Sénat avait approuvé à l'unanimité le Traité de Tripoli du 10 juin 1797, à l'article 11 duquel on peut lire :

"Puisque le gouvernement des États-Unis n'est en aucune façon fondée sur la religion chrétienne..."

De plus, l'idée d'une nation sous l'égide de Dieu[4] ne date que de 1954, ce Dieu étant un Dieu matériel bricolé pour les besoins de la guerre froide afin de faire croire que les États-Unis avaient une mission divine face à l'empire du mal (déjà !)…

 



 



[1] cf. Walter Berns, Making Patriots, University of Chicago Presse, 2001, page 32.

[2] cf. Thomas Jefferson, Notes on the State of Virginia, Philippe-Denis Pierre, Paris, 1785.

[3] cf. Cour Suprême, Emerson v. Board of Education of Ewing Township, 330US1(1947).

[4] cf. le serment au drapeau.

Partager cet article

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Symbolisme
commenter cet article

commentaires

Serge Bonnefoi 09/04/2010 08:56



Bonjour,


Comme j'ai la crêve, je nai pas pu bien chercher cette nuit.


Néanmoins, il semblerait que Lincoln ait été l'un des treize présidents franc-maçons des Etats-Unis. Mais il s'agit là de la FM anglo-saxonne et non pas d'une FM latine, donc d'une FM restant
très marquée par la spéculation, le théisme, et refusant toute appartenance de la part d'une personne non croyante. De plus, Lincoln était très pieux (dans le Protestantisme), et son appartenance
à la FM n'était donc pas incompatible avec sa Foi chrétienne, ce qui serait impossible à un Catholique. Je répète, nous sommes dans le cadre d'une FM anglo-saxonne, donc fondée sur une certaine
spiritualité, sur la fidélité à l'Evangile de Jean et sur la ferme croyance en un grand architecte créateur, donc rien à voir avec des approches telles que celles du GODF ou de certains FM
italiens.


Lincoln semble avoit souhaité prêter ce serment sur la Bible à l'heure où les divisions commençaient à poindre à l'horizon des Etats-Unis. Ce serment sur le livre de la Bible (je n'ai pas encore
retrouvé de quelle édition exacte il s'agit,Soit une Jefferson, soit une King James semble t-il), était pour lui (voir son discours d'investiture et sa correpondance à ce moment) une invitation à
la paix intérieure de son paix, rien d'autre, et ce signe sera reconduit par son successeur, etc... Rien d'obligatoire, sinon, au départ, un symbole de paix et un engagement devant la "déité" à
respecter la parole donnée, la Constitution, la paix et sa fonction.


Bonne journée.



Sofia 08/04/2010 18:16



Merci déjà pour toutes ces informations, c'est très intéressant :-)



Serge Bonnefoi 08/04/2010 17:24



En complément ces quelques mots tirés du site officiel étasunien america.gov :


"Le 20 janvier, M. Obama se tiendra face à un juge - en l'occurrence, le juge John Roberts, président de la Cour suprême - et prononcera les 35 mots qui constituent le serment présidentiel, fixé
dans l'article II, section 1, de la Constitution.


« Je jure solennellement de remplir fidèlement les fonctions de président des États-Unis, et, dans toute la mesure de mes moyens, de sauvegarder, protéger et défendre la Constitution des
États-Unis. »


Pendant qu'il prêtera serment, M. Obama aura la main placée sur la même bible que celle utilisée par le président Lincoln lors de sa première cérémonie
d'investiture, en 1861. Cette bible fait maintenant partie d'une collection de la Bibliothèque du Congrès. Bien qu'une
bible soit utilisée pour la prestation de serment, comme le veut la coutume, cela n'est pas requis par la Constitution américaine.".


J'ai souligné quelques points importants...



Serge Bonnefoi 08/04/2010 17:17



Il semble qu'ils prêtent serment sur la Bible de Jefferson qui n'est pas exactement la Bible mais une adaptation de l'Evangile de Jean appelée "The Life and Morals of Jesus de Nazareth", mais je
peux vérifier. Jefferson avait donc réécrit la "Bible" à sa manière, arrêtant de plus la vie de Jésus à la mise au tombeau, et sans citer aucun des miracles du Christ, gommant ainsi toute la
dimension divine et messianique de Jésus, tout en préparant à une certaine vision messianique des Etats-Unis. Cela correspond finalement au christisme de certaines Loges maçonniques régulières,
et ce au profit donc des Etats-Unis, cette vision messianique de substitution prédominant dans la pense étasunienne tout autant chez les Baptistes que chez les Born again. Souvenons-nous
que les philosophes ayant inspiré les Etats-Unis (voir mon autre article à ce propos) étaient tous théistes, donc favorables à la reconnaissance d'une entité, d'autant plus dans leur philosophie
de l'Etat se fondant sur la nécessité d'une telle déité abstraite comme ciment de la société, un peu comme est la nation dans notre pays.


Je pense que la réponse à votre question doit se trouver dans l'excellent ouvrage suivant : Lacorne, De la religion en Amérique (Gallimard, 2007), ainsi que dans un autre plus récent,
lui aussi d'origine universitaire et sérieuse, mais dont le nom m'est totalement sorti de l'esprit. Je vais y jeter en coup d'oeil et vous donne le
résultat de ma recherche demain dans la journée.


Bonne soirée.



Sofia 08/04/2010 17:01



Bonjour,


ce n'est pas à proprement parler un symbole, mais savez-vous pourquoi les présidents américains prêtent serment sur la Bible ?


Bien à vous,