Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 16:17

Le mot secte pourrait avoir deux origines étymologiques latines : secare, qui signifie se séparer de, et seccere, qui signifie suivre. Cette simple lecture des origines du mot permet déjà de mettre en évidence deux des caractères principaux d'une secte : l'adepte suit un chef tout en se coupant de son environnement habituel. L'une des caractéristiques des sectes est en effet de mettre l'individu dans une situation de dépendance caractérisée par le fait de suivre quelqu'un pour un objet précis et dans le but de ne pas changer d'objet.

L'action des sectes sur l'individu se déroule selon une stratégie axée autour de trois couples de phénomènes : ⑴ attirance/séduction ; ⑵ accoutumance/intégration ; ⑶ dépendance/coercition ; cette stratégie se déployant le plus souvent en trois étapes successives :

⒜ l'offre d'un prêt-à-penser et/ou d'un prêt-à-agir. Le but du recruteur de la secte est d'apporter des réponses à tout à des gens cherchant des réponses à tout, et ici la secte va souvent chercher à jouer sur l'instabilité de l'individu cible par des procédés de déstabilisation mentale renforçant les doutes de la cible vis-à-vis de son environnement. Très souvent émergent dès cette étape des offres de prestations payantes - s'appuyant sur l'état de faiblesse dont il est abusé -, ainsi que des actions de communautarisation qui offrent à la cible l'illusion d'une nouvelle famille, d'un nouvel environnement chaleureux et fraternel ;

⒝ la deuxième étape consiste à réaliser la rupture du cadre social antérieur, avec une communautarisation renforcée - assez curieusement réalisée par l'imposition de phases d'isolement, et surtout par des contraintes alimentaires et horaires qui affaiblissent le jugement, déjà assez limité a priori du nouvel membre -, et surtout le suivi de parcours progressifs ou initiatiques qui suscitent une demande du membre par curiosité, par soif de connaître ce qu'il ne saurait pas ou ce que peu sauraient, par sentiment de devenir quelqu'un d'exceptionnel en atteignant une certaine connaissance ésotérique. On est proche ici du mode de recrutement de la plupart des réseaux terroristes. Cette manipulation peut être interne ou externe, close ou ouverte; elle peut même être réalisée par des satellites, par des organismes de formation, par des franchises, par la vente de méthodes, etc… ;

⒞ on en arrive enfin au problème du consentement et de la loyauté, ainsi que des contraintes imposées au nouveau membre, qui devient lui-même un recruteur potentiel. La finalité est ici de renforcer les faiblesses psychologiques du membre ainsi que de créer si elles n'existent pas déjà des faiblesses et dépendances physiques. Le recruteur a ici pour rôle d'inventer des faiblesses, même si elles n'existent pas, le but étant de décaler dans un sentiment de dépendance l'individu par rapport à son champ social, familial et à celui de l'État.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Théologie
commenter cet article

commentaires