Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 20:06

Nom

d’ANDRÉ


Variante du nom

d’ANDRÉ de BELLEVUE


Prénom

Antoine-Balthasard (ou Balthazar)-Joseph


Naissance

Né le 2 juillet 1759, à Aix-en-Provence sur le territoire de la paroisse de La Madeleine

 

Décés

Mort le 16 juillet 1825, à Paris (10ème arrondissement) [ou à Aix-en-Provence selon certains auteurs, mais cela est très hypothétique]

 

Père

Jacques-Joseph-Gabriel-Benoît d’André, conseiller aux Comptes

 

Mère

Anne-Jeanne-Françoise de Payan de Saint-Martin, dont le père était conseiller aux Comptes

 

Mariage

Marié à Thérèse-Émilie-Fortunée Mignard le 23 décembre 1782, à Aix-en-Provence. Son épouse était la fille d’un gros négociant aixois, Joseph-Sauveur Mignard, et de Thérèse-Elisabeth-Reyne Mathieu, sa dot se montant à 80.000 livres

 

Enfants

Au moins un fils : Joseph-Antoine-Maurice d’André (1788-1860), général et sénateur

 

Carrière parlementaire

Reçu conseiller civil au Parlement de Provence le 29 avril 1779 en la charge de Jean-Joseph d’Orcin Miraval (charge n° 36), il se distingue surtout, tant en 1787 qu’en 1789, en proposant des remontrances au sujet des instructions données aux commissaires du roi limitant les délibérations du Tiers-Etat aux Etats de Provence aux seuls objets intéressant cet ordre.

 

Carrière post-parlementaire

Inscrit au procès-verbal du 2 avril 1789 de l'assemblée des trois ordres du ressort de la sénéchaussée d'Aix-en-Provence ; bien que désigné député de la noblesse de la sénéchaussée d’Aix-en-Provence aux Etats généraux le 16 avril 1789, il adhère néanmoins au Tiers-Etat. Membre du comité de rédaction de la Constitution, il sera par deux fois Président de l’Assemblée constituante, assemblée où il fut l’un des plus actifs responsables du parti royaliste. Après la fuite de Louis XVI, il vote néanmoins en juin 1791 la suspension du pouvoir exécutif. Après cela, il fonde à Paris une grande maison d’épicerie. Accusé d’accaparement et suspecté de complot avec des émigrés, il doit émigrer en Grande-Bretagne, puis en Allemagne, puis enfin en Autriche. Là, il se met au service du comte de Provence et des Anglais, étant par exemple chargé par ces derniers de distribuer les fonds d’origine anglaise destinés à la propagande anti-révolutionnaire.

Il revient en France après la chûte de Robespierre, se faisant élire en 1797 membre du Conseil des Cinq Cents, où il continue à manifester ses opinions royalistes, ce qui le contraindra, devant la menace imminente d’une arrestation à laquelle il échappe de peu, à fuir à nouveau en Autriche après le complot du 4 septembre de la même année. Restant au service du comte de Provence, il abandonne néanmoins, interloqué par les succès de Napoléon premier, notament à Wagram, la politique, pour se consacrer à l’agriculture dans les environs de Vienne, autorisant même son fils à s’engager dans les troupes napoléoniennes.

Revenu en France à la suite du comte de Provence devenu Louis XVIII, il est directeur général de la police en 1814 sous la première restauration, puis intendant général des domaines de la couronne sous la seconde Restauration. On dit de lui qu’il fut la dernière personne à être informée du retour de Napoléon de l’île d’Elbe.

 

Biens et titres

Sieur de Bellevue

Partager cet article

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Parlement de Provence
commenter cet article

commentaires