Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 05:05

Un mot ancien qui semble simple à définir, et pourtant…, sans entrer dans les détails…, le mot « fief »…

 

Fief, n. m.

Etym.-  du bas latin feodum.

Var. - fé, feus, fey, fié, fied, fieffe, fieus, fiouf, fiu, fius.

Lat. - feudum.

Lire : Fossier (R.), « Fief », in : Dictionnaire du Moyen Âge, PUF, 2009, pp. 529-531 ; - Fourquin (G.), Seigneurie et féodalité, PUF, Paris, 1977 ; - Harcher (J.-B.-L.), Traité des fiefs sur la coutume de Poitou, J. Félix Faulcon, Poitiers, 1762 , 2 tomes ; - Riston (V.), Contribution à l'étude du droit coutumier lorrain…, Paris, 1887

 

||1. Tenure noble n’obligeant son tenancier qu’à des services personnels, le plus souvent militaires.

« Jo vus durrai or e argent asez, / Teres e fieus tant cum vus en vuldrez » (Chanson de Roland, vv. 75-76)

 

||2. Mode de possession de propriété précaire qui s’applique aux terres nobles et roturières, aux offices, aux fonctions, aux dignités (cf. La Curne, VI, p. 205, col. 1). Il peut même s’agir d’un simple droit, d’une simple redevance…

« Les Fiefs, même ceux de dignité n’annoblissent point ; Ordonnance de Blois, art. 258 » (Harcher, Traité des fiefs, I, I, i, 24)

« Feudum est benevola, libera é perpetua concessio rei immobilis, vel aequipollentis, cum translatione utilis dominii proprietate retentâ sub fidelitate & exhibitione servitiorum » (Charles Dumoulin,  préf. du titre sur les fiefs, n. 114)

« [Le fief est une] concession gratuite, libre et perpétuelle d’un immeuble ou d’une chose équivalente, avec la translation du domaine utile, la propriété du domaine direct restant à ceui qui fait la concession, à charge de foi, d’hommage et de services par celui qui les reçoit » (Breyé, Traité du retrait féodal, Nancy, 1736)

« Fief vient à Fide & fidelitate ; parce que le serment de fidélité ou la foi & hommage que le vassal soit à son Seigneur, sont de la substance & de l’essence du Fief » (Harcher, Traité des fiefs, I, I, i, 5)

« D’où il s’ensuit que la Seigneurie directe reste au Seigneur & que le Domaine utile appartient au vassal ; que les Fiefs consistent en immeubles ou en droits réels, même en droits incorporels, assignés sur un Fief » (Harcher, Traité des fiefs, I, I, i, 6) 

« La substance du Fief consiste dans le Contract d’inféodation & dans la chose inféodée, & encore dans les Droits établis par la Coutume entre le Seigneur & le vassal, comme le peiement des Lots & Ventes, le rachat, le retrait féodal, la foi-hommage, l’aveu & dénombrement » (Harcher, Traité des fiefs, I, I, i, 24)

« Dans la regle générale, Fief et Justice n’ont rien de commun » (Harcher, Traité des fiefs, I, I, i, 15)

« Le Fief peut être sans Justice, & la Justice sans Fief » (Billecoq, Traité des Fiefs, I, 16)

 

||3. En Normandie et en Bretagne, tenure en général, qu’elle soit noble ou non.

Com. - On y distingue alors fief roturier et fief noble.

« Est que selon la loy escrite il sont deux differences de fiefs, c’est à sçauoir le fief de condition feodal, & le fief de condition non feodal (Boutillier, Somme rurale, liv. I, lxxxii)

 

Principaux types et qualificatifs de fief (hors variante locales) :abonné ; abregé ; admorti ; en l’air ; ameté ; d’amitié ; ample ; d’argent ; aroturé ; d’aumône ; d’avouerie ; bachelier ; banneret ; bourcier ; boursal ; burcal ; de camera ; capital ; castrense ; censuel ; de la chambre ; en chef ; de chevalier ; chevel ; commis ; de condition feudale ; continu ; corporel ; de corps ; cottier ; en la court du seigneur ; couvert  ; de danger ; demi-lige ; dépaisse ; dépié ; de dévotion ; de dignité ; dominant ; dormant ; droit ; ecclésiastique ; échéant ; d’écuyer ; égalable ; entier ; épiscopal ; escliché ; éteint ; ex pacto et providentia ; féminin ; fini ; de fisc ; de foi ; forain ; franc ; furcal ; garenti en parage ; gentil ; de haubert ; de haubert (plein—) ; de son homme ; d’honneur ; hors la court du seigneur ; immédiat ; incorporel ; inférieur ; jurable ; levant ; de liage ; libre ; lige ; de maître ; manuel ; masculin ; médiat ; militaire ; de miroir ; mort ; donné à mortgage ; mouvant ; noble ; à nud ; de nud ; en nuesse ; d’office ; ouvert ; de paisse ; de paisse et de gîte ; parager ; pardesous ; paternel ; patrimonial ; perpétuel ; personnel ; de piété ; plain ; plein ; de pléjure ; prin ; de procuration ; de profit ; propre ; propriétaire ; de protection ; recevable et non rendable ; rendable ; de reprise ; de retraite ; revanchable ; revanchable ; égalable ; échéant et levant ; de revenu ; de revue ; roturier ; royal ; rural ; servant ; simple ; à simple hommage ; de sodoïer ; de solde ; de suite ; supérieur ; suzerain ; taillé ; temporaire ; tenant ; tenant et prenant ; tenu en pairie ; tenu en quart degré du roi ; tenu roturièrement ; terrien ; vif ; vilain ; volant ; …

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Vocabulaire médiéval
commenter cet article

commentaires

Serge Bonnefoi 19/06/2013 07:02





Quelques types de fiefs :


 


Fief
(arriere- —)


« Arriere-fief
ne doit se dire que relativement au suzerain, de qui il est tenu médiatement » (Harcher, Traité des
fiefs, I, I, i, 14)


voir :
fief
servant.


 


Fief (franc-
—)


Fief possédé
par un roturier, avec concession et dispense du roi, et ce en contradiction avec la règle commune qui était qu’aucun roturier ne pouvait tenir fief.



Syn.
- Attention, le franc-fief est différent du fief franc.


 


Fief (plein-
—)


« Plein-fief
se dit relativement au seigneur dominant, de qui il est tenu immédiatement » (Harcher, Traité des
fiefs, I, I, i, 14)


voir :
fief
entier.


 


Fief
(puissance de —)


Droit
seigneurial donnant au suzerain le pouvoir de prendre un héritage dépendant de lui pour le prix auquel il aurait été vendu à un étranger.


 


Fief en
l’air