Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 08:34

Suite de Jésus et la Samaritaine (8)
Pour revenir au début de l'étude : Jésus et la Samaritaine (1)

En guise de conclusion

 

Ce texte est un appel aux  nations, à tous les peuples, à tous les hommes. Il est la sublimation de l'adresse à tous à reconnaître Dieu de Sophonie  (So 2, 3), du pardon divin offert à tous par Jonas  (Jon 3, 10). Il est l'appel à la vie éternelle et à la connaissance du Père et du Fils de  [Jn 17, 3], tout comme il est l'appel à la mission universelle de [Mt 28, 19-20].... Il est aussi, par la combinaison des faits et des étapes vers la compréhension du mystère du Christ, une prédication révolutionnaire pour le monde de l'époque : il est une adresse aux nations, un appel à l'unité de toute l'humanité dans la miséricorde du Père qui nous accueille tous réconciliés, quels qu'aient été nos actes antérieurs, comme Jésus a voulu nous le faire comprendre au travers de la parabole du fils prodigue (Lc 15), fils prodigue qui est notre propre reflet... Après l'Incarnation, Dieu n'est plus un Dieu jaloux, et les Juifs ne peuvent plus être jaloux de leur relation avec Dieu car Dieu lui-même l'a ouverte à tous (Mt 28, 19-20), car Dieu s'adresse désormais à tous les hommes, comme Jésus s'est révélé à la Samaritaine. Le texte que nous venons d'étudier est donc narration de l'un des événements les plus importants de l'Évangile !

 

Finalement, le long cheminement hésitant, rempli d'interrogations de la Samaritaine est l'image de notre propre cheminement vers la Révélation du message divin. La Samaritaine est le miroir de notre propre vie, de nos doutes, de nos interrogations, mais aussi celui de notre foi qui doit aboutir à notre total abandon  à Dieu,  à son  mystère, à sa joie et à  son amour.  La Samaritaine ? c'est moi ! c'est toi ! c'est nous ! Le  Nous savons que c’est vraiment lui le sauveur du monde du verset 42 est la première Profession de Foi, la première partie du Kérygme : Jésus Christ, Vrai Dieu et Vrai Homme, Sauveur du Monde et Ressuscité, même si celui-ci ne sera formulé de manière parfaite qu'après la mort et la résurrection de Notre Seigneur Jésus Christ ! On pourrait rapprocher ce verset du deuxième sacrement de l'initiation chrétienne : la confirmation, car les samaritains sont, au contact de Jésus, renforcés dans leur foi nouvelle.

 

C'est en fait tout ce passage de la Bible qui renvoie aux sacrements puisque l'on peut y retrouver la démarche baptismale, le désir de la confirmation , mais aussi l'expression du pardon : trois sacrements dans un seul texte ! La rencontre entre Jésus et la samaritaine est en fait l'un des événements les plus importants du Nouveau Testament, car il est ouverture à la prédication et à l'évangélisation des nations, nations qui avaient été séparées après l'épisode de Babel (Gn 11, 1-9). Cette ouverture sera achevée à la Pentecôte :  alors qu'à Babel Dieu avait brouillé les langues, faisant des hommes ne communiquant plus, impliquant une Alliance avec un Peuple élu, à Pentecôte tous les peuples ont été à nouveau unis en une seule Alliance, Dieu parlant par les disciples à chacun qui l'entend dans sa langue; Pentecôte signifie que Dieu est toujours présent avec nous et en nous, d'une manière spirituelle, nous apportant foi et force pour annoncer le message des Évangiles et vivre l'amour de Dieu dans le monde  (Ac 2, 1-41). La confirmation - qui commence à apparaître dans l'épisode de la Samaritaine - est donc d'une certaine manière notre Pentecôte personnelle qui fait de nous des disciples de Jésus par la grâce de l'Esprit Saint fortifiant notre foi.

 

__________________________________________________________________________

 

Les sources principales utilisées auront été :

Augustin (Saint), Homélies sur l'Évangile de Jean (I-XVI), Études Augustiniennes, Paris, éd. 1983, coll. Œuvres de Saint Augustin, 9ème série, vol. 71 (éd. bilingue latin/français) [Johan. ev. tract.]

von Balthasar (H.-U.), La Gloire et la Croix. 3. Théologie : ** Nouvelle Alliance, Desclée de Brouwer, Paris, 1990, nvlle. éd., coll. Théologie, n° 83 (trad. de l'allemand)

Bossuyt (Ph.) sj, L'Esprit en Actes, Éd. Lessius, Bruxelles, 1998, coll. Le livre et le rouleau, n° 3

Catéchisme de l'Église catholique, Centurion/Cerf/Fleurus-Mame, Paris, 1998, éd. définitive [CEC]

CIB Maredsous, Dictionnaire encyclopédique de la Bible, Brepols, 1987

Denzinger (H.), Symboles et définitions de la foi catholique, Cerf, Paris, 1996, 37ème éd. [DS]

Flavius Josèphe, La guerre des juifs, Éd. de Minuit, Paris, 1977 [GJI]

Guillet (J.) sj éd., Jésus Christ dans l'Évangile de Jean, Cerf, Paris, 1980, Cahiers Évangile, n° 31

Léon-Dufour (X.) sj, Lecture de l'Évangile selon Jean, Seuil, Paris, 1988, tome 1

Marchadour (A.), L'Évangile de Jean, Bayard Éd./Centurion, Paris, 6ème éd., 1992

Sagne (J.-Cl.), Traité de théologie spirituelle, Mame/Éd. de l'Emmanuel, Paris, 1995, nvlle. éd.

Tassin (Cl.), L'Évangile de Matthieu, Bayard Éd./Centurion, Paris, 4ème éd., 1991

Thabut (M.-N.), L'intelligence des Écritures, Éd. Soceval, Châteaufort, 1999, pp. 164-166

Thomas d'Aquin op, Commentaire sur l'Évangile de Saint Jean, Cerf, Paris, 1998, tome I [Com. Johan.].

Waldenfels (H.) sj, Manuel de théologie fondamentale, Cerf, Paris, 1997, nvlle. éd., coll. Cogitatio Fidei, n° 159 (trad. de l'allemand)

 

__________________________________________________________________________

 

Annexe : les verbes utilisés

 

Idée du verbe

vv. 1-6

vv. 7-15

vv. 16-19

vv. 20-26

vv. 27-38

vv. 39-42

Nombre total de verbes

Don

3

8

 

 

4

1

16

Connaissance

1

2

1

7

6

2

19

Nourriture*

 

9

 

 

4

 

13

Dialogue

1

7

5

6

12

3

34

Mouvement

4

8

2

10

14

3

41

Foi

 

 

 

8

3

5

16

Autres

8

4

5

7

9

2

35

* y compris spirituelle

Partager cet article

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Nouveau Testament
commenter cet article

commentaires