Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 08:26

La puissance s'est morcelée depuis la fin de la guerre froide, avec une multiplicité de petites puissances et des mains noires. Par exemple, l'Inde, le Pakistan et la Chine ont aujourd'hui à leur tête des extrémistes, extrémistes dont le contrôle est désormais délicat depuis l'effondrement de l'Union soviétique. Une solution serait l'économie, mais laquelle ?

Pour Aristote, la puissance « dynamis » désigne tantôt le  pouvoir politique, l’autorité de la loi ou la force militaire, tantôt la fonction ou la capacité d’une chose ou de faire quelque chose. Dans ce second sens, la puissance aristotélicienne est fondamentale, car elle est pour cet auteur la clé de tout mouvement ; elle est puissance active « poiètiké », c’est-à-dire le « principe du mouvement ou de changement dans un autre ou dans la même chose en tant qu’autre. » (Métaphysique, D, 12, 1019a15 ; Q, 1, 1046a10) ; c’est ce dernier sens qui se rapproche le plus ici de la puissance telle que réfléchie au présent chapitre, et ces définitions sont d’une totale actualité. La puissance est donc soit interne, soit externe, pouvant résider dans l’organisation ou l’État lui-même, ou encore être partagée et s’auto-alimenter entre le dit État ou organisation et un autre organe homologue.

Si nous analysons les nouveaux critères de puissance, tels qu’ils seront pour le XXIème siècle , ceux-ci semblent être au nombre de sept, tenant compte des évolutions nouvelles (technologies, communication, biogénétique, etc…). Ce sont, pour reprendre la typologie posée par Jacques Attali (Dictionnaire du XXI° siècle, Fayard, Paris, 1998, coll. Livre de Poche n° 14778, pp. 164-167) :

⑴ sur le plan économique d’être assez riche pour pouvoir peser sur le cours des affaires du monde. C’est là que les Bourses, notamment par leur déterritorialisation et leur facteur multiplicateur artificiel de richesses. Ainsi, la croissance de la Bourse de New-York augmenterait chaque virtuellement la richesse des Etats-Unis quinze fois plus que leur production réelle ;

⑵ sur le plan monétaire d’avoir une monnaie capable de servir d’instrument de réserve et de transaction internationale ;

⑶ sur le plan technologique de maîtriser les progrès en matière de communications et d’énergie ;

⑷ sur le plan militaire, certes de disposer de l’arme nucléaire, mais aussi d’être apte à projeter à longue distance une force expéditionnaire d’au moins une dizaine de divisions ;

⑸ sur le plan géographique d’avoir intérêt à agir hors de ses frontières pour protéger ses sources d’énergie, ses réserves d’eau potable, ses routes maritimes essentielles, ou enfin un allié vital ;

⑹ sur le plan culturel d’être animé par une culture, qu’elle soit religieuse ou nationale, suffisamment universelle pour penser que son intérêt tend à se confondre avec celui des autres et pour séduire les autres avec ses œuvres d’art ;

⑺ sur le plan diplomatique d’être assez fort et cohérent pour concevoir et mettre en œuvre une politique étrangère dominante à défaut d’être impériale, une poli tique étrangère impériale traduisant alors la mono-super-puissance, ce que sont d’une certaine manière, en l’absence d’une actuelle réelle cohésion de l’Union européenne malgré ses efforts récents, les Etats-Unis. L’important n’est pas tant l’efficacité que la croyance qu’ont les autres en votre puissance diplomatique (et autre)… 

Quels sont les atouts des principaux États et blocs de la  planète - le cas de l’Islam n’étant pas toujours développé, en ce sens qu’il n’a pas suffisamment de cohésion interne, même à terme, pour être considéré comme une réelle entité, malgré la Ligue arabe, malgré la Conférence islamique…- ? Le tableau qui suit en donne une première idée :

 

 

USA

UE

Islam

Chine

Inde

Japon

Nigéria

Brésil

Russie

Richesse économique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monnaie internationale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Technologie et progrès

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Arme nucléaire opérationnelle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Projection de forces

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Intérêt à agir hors frontières

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Culture à visée universelle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Politique étrangère

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Géopolitique
commenter cet article

commentaires