Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 14:32

La confirmation est le deuxième des trois sacrements de l'initiation chrétienne, celui qui sert à l'accomplissement de la grâce baptismale en fortifiant la Foi. Baptême et confirmation sont en effet intimement liés en ce sens qu'il transforment notre être en faisant de nous des enfants adoptifs de Dieu, des témoins du Christ greffés sur le Corps du Christ; affirmation de notre Foi, la confirmation est basée sur l'accueil de l'Esprit Saint : elle nous “connecte en direct” sur l'Esprit Saint en nous donnant accès à l'effusion de l'Esprit. La confirmation est donc un sacrement qui instaure une certaine relation d'immanence à Dieu : l'immanence chrétienne, mais en conscience de notre statut de créature et de pauvreté face au Seigneur !

Le sacrement de confirmation a été fondé par le Christ : Qui accueille son témoignage certifie que Dieu est véridique : en effet, celui que Dieu a envoyé prononce les paroles de Dieu, car il donne l'Esprit sans mesure [Jn 3, 33-34].

Il est directement lié à deux événements fondamentaux de la vie des disciples du Christ : Pâques [Jn 20, 22] et la Pentecôte [Ac 2, 11]. Rappelons qu'à la Pentecôte, les chrétiens fêtent la venue de l'Esprit Saint : alors qu'à Babel Dieu avait brouillé les langues, faisant des hommes ne communiquant plus, impliquant une Alliance avec un Peuple élu, à Pentecôte tous les peuples ont été à nouveau unis en une seule Alliance, Dieu parlant par les disciples à chacun qui l'entend dans sa langue; Pentecôte signifie que Dieu est toujours présent avec nous et en nous, d'une manière spirituelle, nous apportant Foi et force pour annoncer le message des Évangiles et vivre l'Amour de Dieu dans le monde [Ac 2, 1-41]. La confirmation est donc d'une certaine manière notre Pentecôte personnelle qui fait de nous des disciples de Jésus par la grâce de l'Esprit Saint fortifiant notre Foi.

L'effusion de l'Esprit de la confirmation est enrichissement et fortification de notre Foi ; cela nous oblige donc à répandre et à défendre la Foi, en parole et en action, faisant de nous des témoins vivants du Christ. On peut penser ici au " j'ai péché en pensée, en parole, par action et par omission " du Confiteor , la grâce de l'Esprit Saint, unie au sacrement de pénitence et de réconciliation, transformant le mal du péché en bien. L'effusion de l'Esprit nous fait saisir par l'Amour de Dieu, dans un don réciproque d'Amour : l'Amour de Dieu qui nous est offert, mais aussi l'offrande aimante de soi à Dieu auquel on doit s'abandonner : il nous faut, à l'imitation du Psalmiste, goûter et voir comme est bon le Seigneur. L'effusion de l'Esprit est donc expérience de l'Amour de Dieu, Amour dont le désir vient lui-même de Dieu. L'effusion de l'Esprit est un moment de grâce, un cadeau de l'Esprit Saint; c'est un moment de joie qui donne le désir et la capacité de nous offrir totalement à la Vie du Christ par l'Esprit Saint donc au Père. En acceptant la confirmation, nous disons à Dieu " Prends tout ! Prends nous tout ! ", et ce avec joie et reconnaissance de sa miséricorde. Nous devons donc saisir cette expérience unique de l'Amour de Dieu comme un don gratuit qui nous rappelle que Jésus est vivant, ressuscité, présent et agissant dans nos vies. La confirmation est donc un temps fondamental et essentiel de la vie du chrétien, mais il est fort dommage que beaucoup n'en saisissent pas le sens....

La confirmation est en fait à la fois confirmation du baptême et affermissement de la grâce baptismale, d'où la nécessité du consentement, la nécessité de l'acceptation de la grâce. Il faut désirer recevoir la grâce de l'Esprit Saint, se rendre disponible intérieurement à l'accueil du Seigneur -la Foi est ici celle du Coeur, pas celle de la raison, du pari ou de l'intellectualité-, mais surtout avoir conscience de sa petitesse et de sa pauvreté face à Dieu; il faut, pour saisir au maximum -tant est il qu'il soit possible de saisir totalement le mystère divin sur cette terre où nous ne pouvons pas contempler la Face de Dieu, juste l'entrevoir au temps de l'adoration du Saint-Sacrement ou de l'Eucharistie-, nous abandonner à Dieu, dans un bonheur et une joie indicibles.

La confirmation est enfin un signe fort de notre communion avec l'Évêque, l'Église, donc le Christ dont elle est le Corps mystique, d'où l'idée renforcée de communauté des croyants, de communion avec ses frères, mais aussi avec tous les hommes, Jésus ayant rouvert l'Alliance à toute l'humanité.

Il faut aussi retenir que, comme le baptême, la confirmation laisse une trace indélébile au Cœur de l'homme : elle n'a donc lieu qu'une seule fois. L'effusion de l'Esprit ne nous empêchera pas de trébucher sur la route du péché, car nous ne sommes que des hommes, mais ayant fortifié notre Foi, elle nous aidera en permanence à prendre conscience de notre nature et de notre péché, donc à connaître la miséricorde du Père...

On devra aussi retenir que deux rites dominent la cérémonie de confirmation : ⒜ l'imposition des mains qui marque l'achèvement du baptême et la perpétuation en nous de Pentecôte ; ⒝ l'onction d'huile qui nous ouvre à l'imitation de Notre Seigneur Jésus Christ, au Christ, l'Oint de l'Esprit Saint par Dieu.

Pour résumer, on peut dire que les effets de la confirmation, enrichissement et croissance de la grâce du baptême, sont au nombre de quatre : ⑴ le renforcement de notre filiation divine [Rm 8, 15] ; ⑵ le renforcement de notre union au Christ ; ⑶ la croissance des dons de l'Esprit Saint par absorption de la force de ce même Esprit Saint ; ⑷ le perfectionnement de notre lien à l'Église.

La confirmation, en faisant de nous des Apôtres devant répandre et défendre la Foi -pas forcément par prosélytisme, encore moins par “exhibitionnisme”, mais par l'exemplarité et la joie d'une vie terrestre conforme aux commandements d'Amour que nous a donné Jésus Christ-, est le fondement de l'apostolat des laïcs, traduisant la fonction sacerdotale de l'Esprit Saint; d'une certaine façon, la confirmation est la première phase du sacrement de l'ordre, faisant de chaque chrétien une créature au service de Dieu, donc de l'Église et de ses frères, à l'imitation du sacerdoce incomparable du Christ décrit dans l'Épître aux Hébreux.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Catholicisme
commenter cet article

commentaires