Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 11:31

C’est au cours de la seconde moitié du VIème siècle avant notre ère que se répandirent des mouvements rassemblant ceux qui voulaient vivre selon les règles d’Orphée ou de Dionysos. Il peut sembler surprenant de regrouper ici ces deux personnages, mais ceci est finalement logique tant ils sont le miroir l’un de l’autre.

Dionysos était l’une des divinités les plus importantes du monde grec ; on en trouve déjà des traces quinze siècles avant notre ère à la lecture des textes en linéaire B ! Ce fils de Zeus devait inspirer divers courants mystérieux de l’antiquité grecque ; on peut penser aux mystères d’Éleusis ou aux autres mystères dionysiaques… Animateur du génie artistique sous toutes ses formes non matérielles – de la poésie au théâtre en passant par la danse –, Dionysos était aussi de la nature intacte, de la forêt, des forces vitales et de l’ivresse. Les cultes qui lui étaient consacrés étaient privés et personnels. À noter que des femmes, les bacchantes, participaient à ces cultes, par leurs danses permettant d’établir un contact direct avec la divinité.

L’image d’Orphée se réfléchit dans celle de Dionysos. Comme d’autres divinités – qu’il n’est pas –, Orphée descendit dans l’Hadès pour reporter à la vie sa femme, Eurydice, tuée par un serpent ; mais il échoua pour ne pas avoir su observer l’interdiction posée par les dieux de la regarder pendant le trajet du monde des morts à celui des vivants. Et l’une des bases de la pensée orphique est le concept du passage de la mort à la vie, des ténèbres à la lumière ; cette seule image se retrouve par exemple dans l’allégorie platonicienne de la caverne.

Le culte orphique a donné lieu à une très importante littérature dans la Grèce ancienne. Par exemple, le plus ancien des livres grecs que nous possédons a été retrouvé dans la tombe d’un guerrier, posé sur sa poitrine, ce livre devant probablement servir dans l’autre monde, à l’exemple du Livre des morts des Égyptiens. Il est dommageable que cet ouvrage grec soit bien moins connu que le livre égyptien, et, à ma connaissance, il n’en existe aucune édition, ni même traduction française ! Car il permettrait de démontrer clairement que certaines légendes faisant découler l’intégralité de la pensée pythagoricienne de la religion égyptienne ne sont que des fadaises !

Reste que la philosophie de l’orphisme a influencé de manière importante la philosophie grecque, et notamment Pythagore, Empédocle et Platon. En effet, elle insistait, outre sur les thèmes de la lumière et des ténèbres, de la montée vers la lumière, sur la double nature de l’homme : une nature divine avec l’âme et une nature terrestre avec le corps, ce dernier étant considéré comme un obstacle à la rédemption, ainsi que comme l’instrument du péché. Dès lors, la vie était perçue comme une punition de la commission d’œuvres injustes ; et l’homme qui ne menait pas une vie rigoureuse, qui ne réussissait pas à purifier son âme, qui ne connaissait pas les « mystères » devait se réincarner à nouveau au moment de sa mort. C’est le phénomène présocratique ou encore platonicien de la métempsycose, ce processus qui ne pouvait s’achever que lorsque l’âme pure réussissait à se réunir au divin. Il y avait donc chez les Grecs anciens coexistences de deux conceptions de la vie après la mort : celle de l’Hadès et celle de la métempsycose, les deux se confondant chez certains avec les Champs Elysées… À noter que cette théorie de la métempsycose est antérieure au Bouddhisme ! Il faut donc là encore en finir avec cette fadaise actuelle qui voudrait que l’idée de réincarnation/métempsycose ait été importée en Grèce des Indes ! Il en est même qui affirment que ce fut Alexandre le grand – ou du moins ses armées – qui ramenèrent cette philosophie en Grèce, alors même que l’épopée alexandrine est bien postérieure, ne serait-ce qu’à Platon !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Fellow Jem 14/06/2012 14:11


M. Bonnefoi, Permettez-moi de saluer votre blog que je découvre par le biais de cet article qui répond exactement à mes interrogations. Je tapais "dionysisme" sur Google pour en mieux situer cet
aspect du monde grec et, vraiment, votre seul parallèle avec Orphée, doublé de votre culture générale, sont d'un solide recours. En vous remerciant, Fellow Jem