Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 17:23

Contrairement à une idée reçue, la parabole n'est pas une forme facile du message de Jésus Christ; elle n'est pas ce message simplifié, cette sorte de “bande dessinée orale” que l'on décrit trop souvent. La parabole est toujours difficile, faisant appel à la lecture, mais surtout à la foi, la méditation et la réflexion.

La grande difficulté de la parabole tient en sa définition, la confusion avec d'autres genres étant assez facile. Il nous faut donc bien distinguer ce qui est parabole de ce qui n'est pas parabole, même si diverses formes peuvent s'entremêler, Jésus privilégiant notamment la combinaison de la parabole et de l'allégorie, sans même négliger les autres formes.

Les principales formes rencontrées dans le Nouveau Testament sont les suivantes :

⑴ le discours direct : cette forme est par exemple utilisée lors du discours dans la synagogue de Capharnaüm, notamment en [Jn 6, 43-47] ;

⑵ l'exemple et le dialogue : c'est notamment le cas lors de la rencontre entre Jésus et la samaritaine [Jn 4, 1-42] ;

⑶ la sentence et la similitude. On peut ici penser à la pièce d'un vêtement neuf qui jure avec le vieux [Lc 5, 36] ou encore au vin nouveau qui fait éclater les vieilles outres [Lc 5, 37-39] ;

⑷ la métaphore, c'est-à-dire le transfert de sens : le Roi des rois et Seigneur des seigneurs pour “Jésus Christ” [1 Tm 6, 15] ;

⑸ l'allégorie, c'est-à-dire le développement de métaphores en un récit dans lequel chaque trait a sa signification propre. Cette forme se retrouve surtout dans l'Évangile de Jean, soit sous forme d'allégorie directe (par exemple dans le dernier discours [Jn 14, 1-4]), soit sous la forme de paroumie, c'est-à-dire de discours mystérieux (au sens du mystère de Dieu), forme où chaque élément a un sens séparé tout en formant un tout. Un exemple de paroumie peut être identifié dans le discours sur le bon pasteur [Jn 10, 1-5] ou celui sur la vigne véritable [Jn 15, 1-8]. Si l'on médite bien le texte sur le bon pasteur, il est très facile d'identifier, sans avoir besoin du tout, le berger, la brebis, la porte, le bercail et le portier.... ;

⑹ le symbole qui traduit une idée ou une réalité sous la forme d'une image : on peut penser ici aux symboles de l'eau, du feu, et pour nous chrétiens à celui de la Croix ;

⑺ la parabole au sens strict qui est un discours basé sur une comparaison et organisé autour d'un message, cherchant à maintenir l'attention des auditeurs. Dans la parabole, les divers éléments n'ont pas de sens pris isolément, alors mêmes qu'ils forment un tout convergeant vers un seul enseignement.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Nouveau Testament
commenter cet article

commentaires