Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 02:43

 La limite des socialistes utopiques, celle par exemple de Fourier que vient de citer Michel Serres à la radio (et en l'adulant quasiment) ne fut elle pas de vouloir faire le bonheur des hommes malgré eux ? Fonder la situation des hommes sur l'exacerbation de leurs passions, leur fixer, leur imposer un déterminisme inévitable, donc finalement désespérant, en fonction de leurs seules passions, définies selon "la science" donc non humainement, n'est-ce pas le rêve ignoble des nazis, celui qui a ouvert la voie à toutes les abjections, à tous les racismes, à tous les massacres de ces nationaux-socialistes, à tous les eugénismes aussi ?

La liberté du Catholique (tout comme celle, malgré les divergences, de beaucoup de Bouddhistes) n'est-elle pas aussi et surtout de laisser à l'homme le choix, y compris celui de se damner ? ... Quel dommage que beaucoup de Chrétiens, dont beaucoup de Catholiques hélas, l'aient oublié, aient voulu faire le bonheur, le Salut des hommes contre eux mêmes... Combien ont tué leur Prochain pour les sauver ou se sauver eux-mêmes, du moins le croyaient-ils ???

Et si les plus belles définitions de l'amour, de l'Amour, du moins dans notre société, étaient non pas celles mécanistes et/ou scientistes que l'on nous propose désormais, mais celles du Cantique des Cantiques, des "Tu aimeras" de la Bible, de saint Augustin avec "Aimes et fais ce que tu veux" repris par Rabelais, mais encore celles données, apparemment dérisoires mais si fortes, par Marc Avril, un auteur de livres d'espionnage dans "Avril et les ectoplasmes ? L'amour est partout pour peu qu'on veuille bien le chercher, même dans le dérisoire, dans les petits riens, dans le rien et dans le tout, partout... Mais qui y prend garde ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Varia
commenter cet article

commentaires

Serge Bonnefoi 02/06/2014 02:53


Impossible de retoucher mon texte, je ne comprends pourquoi... Alors, "Michel SERRES" et non pas "Michel SERRE" ;-)