Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 09:35

Prenons par exemple PHILIP, son "Histoire de la pensée politique en France de 1789 à nos jours", l'idée n'est pas mauvaise au départ. Le problème, c'est de voir émerger de longues pages sur des auteurs non français, alors que le parti pris était autre... Burke, passe encore, mais la trop longue place laissée à Hitler et à Marx, Staline, Khroutchev, ou encore Rawls, Bernstein, le travaillisme anglais, on peut s'interroger... Dans ce cas, pourquoi ne pas avoir développé, même si antérieurs, Rousseau ou encore Voltaire, d'autant plus qu'ils ont eu une influence majeure... Quid aussi de Condorcet ou de l'Abbé Grégoire ? Pourquoi n'évoquer qu'une seule fois en passant l'influence pourtant majeure de Comte sur Maurras, bien moins chrétien qu'on ne le dit, ne voyant en l'Église qu'une institution (cf. par exemple la chaire de positivisme crée par l'Action Française)... Et pourquoi une simple et vague référence à Gobineau ? Un positionnement du radicalisme dans le chapitre relatif au libéralisme qui aurait mérité plus de justification... Par contre, un excellent chapitre sur ... André Philip... Bref, si la volonté était bonne, des interrogations quant au sujet et quelques développements. Car, si l'on évoque des influences étrangères, encore aurait-il fallu, du moins à mon avis, mettre en exergue et développer mieux les auteurs et "penseurs" français en ayant tiré des conséquences... Donc un livre avant tout pour personnes déjà informées et formées... Peut-être en atteindais-je trop à la lecture assez alléchante de l'introduction qui comporte des éléments parfois peu soulignés mais fondamentaux, tels que l'influence de la trilogie optismisme/pragmatisme/pessimisme, mais qui ne correspond pas forcément à la trilogie libéralisme/traditionalisme/Socialisme, loin de là à mon avis ; cela aurait plutôt pu servir à distinguer à l'intérieur des grands courants..

Prenons maintenant LAVROFF, son Mémento Dalloz "Histoire des idées politiques depuis le XIXe siècle", qui reprend d'une certaine manière (ou vice-versa) le plan du Philip, ou plus exactement son approche trine. Il est remarquable pour un ouvrage de cette collection qui, parfois, synthétise trop. Il devrait être lu par ceux qui n’y connaissent rien… Il pose par exemple bien mieux le radicalisme comme dépassement et non comme prolongement ou artefact du libéralisme. Il insiste aussi plus sur des précurseurs tels que Owen, Bentham, Mill, etc... Je me souviens aussi de son ouverture aux "slavophiles" ou encore de son approche différente en quatre parties du nationalisme français... Donc, j'aime bien malgré la nature même de mémento, qui le distingue par exemple du PRÉLOT/LESCUYER ou encore des NEMO - je ne parle pas ici de son PUF sur le libéralisme trop spécifique - (pour en rester aux seuls manuels universitaires), les "must" à mon avis... Je note aussi le LECA, malgré mes divergences quant à par exemple Maistre ou Bonald où je ne partage pas ses idées ou encore sur son approche de l'absolutisme... J'aime bien le CHÂTELET/PISIER-KOUCHNER (avec ou sans DUHAMEL, donc les), dont celui sur "Les conceptions politiques au XX° siècle" qui est incontournable, alors que leur "Histoire des idées politiques" est très intéressant par son approche à partir des approches de l'État, sans parler de leur "Dictionnaire des oeuvres politiques" qui pourrait figurer dans toute bibliothèque de particulier s'intéressant à la politique au sens large... Par contre j'ai été très déçu par le RICCI (trop de citations isolées de leur contexte le conduisant parfois à des contresens) alors que ce Professeur est fantastique par ailleurs... Pour ce qui est du TOUCHARD, cela reste un classique qui a l'avantage de chercher à mettre en mouvement les idées entre elles... Le CHEVALLIER est un peu trop confus, alors que le LIPSEY, dont l'approche est originale est parfois peu clair...Et j'en oublie 

Partager cet article

Repost 0

commentaires