Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 20:06

Nom

d’ANDRÉ


Variante du nom

d’ANDRÉ de BELLEVUE


Prénom

Antoine-Balthasard (ou Balthazar)-Joseph


Naissance

Né le 2 juillet 1759, à Aix-en-Provence sur le territoire de la paroisse de La Madeleine

 

Décés

Mort le 16 juillet 1825, à Paris (10ème arrondissement) [ou à Aix-en-Provence selon certains auteurs, mais cela est très hypothétique]

 

Père

Jacques-Joseph-Gabriel-Benoît d’André, conseiller aux Comptes

 

Mère

Anne-Jeanne-Françoise de Payan de Saint-Martin, dont le père était conseiller aux Comptes

 

Mariage

Marié à Thérèse-Émilie-Fortunée Mignard le 23 décembre 1782, à Aix-en-Provence. Son épouse était la fille d’un gros négociant aixois, Joseph-Sauveur Mignard, et de Thérèse-Elisabeth-Reyne Mathieu, sa dot se montant à 80.000 livres

 

Enfants

Au moins un fils : Joseph-Antoine-Maurice d’André (1788-1860), général et sénateur

 

Carrière parlementaire

Reçu conseiller civil au Parlement de Provence le 29 avril 1779 en la charge de Jean-Joseph d’Orcin Miraval (charge n° 36), il se distingue surtout, tant en 1787 qu’en 1789, en proposant des remontrances au sujet des instructions données aux commissaires du roi limitant les délibérations du Tiers-Etat aux Etats de Provence aux seuls objets intéressant cet ordre.

 

Carrière post-parlementaire

Inscrit au procès-verbal du 2 avril 1789 de l'assemblée des trois ordres du ressort de la sénéchaussée d'Aix-en-Provence ; bien que désigné député de la noblesse de la sénéchaussée d’Aix-en-Provence aux Etats généraux le 16 avril 1789, il adhère néanmoins au Tiers-Etat. Membre du comité de rédaction de la Constitution, il sera par deux fois Président de l’Assemblée constituante, assemblée où il fut l’un des plus actifs responsables du parti royaliste. Après la fuite de Louis XVI, il vote néanmoins en juin 1791 la suspension du pouvoir exécutif. Après cela, il fonde à Paris une grande maison d’épicerie. Accusé d’accaparement et suspecté de complot avec des émigrés, il doit émigrer en Grande-Bretagne, puis en Allemagne, puis enfin en Autriche. Là, il se met au service du comte de Provence et des Anglais, étant par exemple chargé par ces derniers de distribuer les fonds d’origine anglaise destinés à la propagande anti-révolutionnaire.

Il revient en France après la chûte de Robespierre, se faisant élire en 1797 membre du Conseil des Cinq Cents, où il continue à manifester ses opinions royalistes, ce qui le contraindra, devant la menace imminente d’une arrestation à laquelle il échappe de peu, à fuir à nouveau en Autriche après le complot du 4 septembre de la même année. Restant au service du comte de Provence, il abandonne néanmoins, interloqué par les succès de Napoléon premier, notament à Wagram, la politique, pour se consacrer à l’agriculture dans les environs de Vienne, autorisant même son fils à s’engager dans les troupes napoléoniennes.

Revenu en France à la suite du comte de Provence devenu Louis XVIII, il est directeur général de la police en 1814 sous la première restauration, puis intendant général des domaines de la couronne sous la seconde Restauration. On dit de lui qu’il fut la dernière personne à être informée du retour de Napoléon de l’île d’Elbe.

 

Biens et titres

Sieur de Bellevue

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Parlement de Provence
commenter cet article
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 20:14

Désolé d'en décevoir certains, mais l'immense majorité de nos Magistrats est honnête et fait très bien son travail...

Pour certains, il faut d'ailleurs qu'ils aient vraiment une foi bien accrochée en la Justice pour accepter de travailler dans les faits bien plus que 35 heures par semaine, avec des audiences commençant parfois à 8 heures pour finir à 20 heures de manière continue, parfois dans un sous-sol sans fenêtres, et ce après huit années d'études très difficiles pour très souvent moins de 2.500 euros !

Ce n'est pas parce que certains ont déconné qu'il faille considérer tous les Magistrats comme des voyous, des incapables, des "politisant tout" !

Je connais personnellement des Magistrats du Syndicat en cause, et ils sont tous très choqués ! La faute de quelques uns ne doit pas faire condamner tous les autres ! C'est d'ailleurs un principe de base du Catholicisme, je vous le rappelle ! Alors, s'il vous plait, pas de généralisation outrancière...

Laissons agir le Conseil Supérieur de la Magistrature (dont on ne parle d'ailleurs pas dans les médias lorsqu'il sanctionne ce qui doit l'être, car la Magistrature admet qu'elle est une société humaine, donc que certains des siens peuvent faillir)...

De plus, n'oublions pas qu'il existe en France un droit, admis par tous, et souvent voté tant par l'UMP que par le PS en les mêmes termes !

Donc, ne pas stigmatiser toute la Magistrature, toute la Justice pour la faute de quelques uns !

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Politique
commenter cet article
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 09:02

Quand je lis ou écoute certains journaux ou experts (souvent fort décatis) qui glosent et pérorent à longueur de page ou d'antenne sans avoir la moindre ébauche d'un élément de commencement d'indice de soupçon de preuve sur certaines questions graves, je me dis que ce n'est pas de leur faute... Il ont du trop regarder étant petit les deux films suivants : "C'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule et "Je sais rien, mais je dirai tout"... Du moins, je l'espère..., car sinon "grave" comme on dit !

"Oui, surtout avec Papa, il ne comprend rien au passé, rien au présent, rien à l'avenir, enfin, rien à la France, rien à l'Europe enfin rien à rien ; mais il comprendrait l'incompréhensible dés qu'il s'agit d'argent." entend-on dan Les Tontons flingueurs...

... et l'économie était prospère, et le chômage était rare, et le FMI ne spéculait pas, ... Maintenant on a des "qui savent tout sur tout"... Je ne pense pas, vu son âge, que le Président De La Foy sortait de l'ENA ou d'une "grande école selon le classement de Sanghaï"...

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Politique
commenter cet article
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 11:05

Si on interdit aux avocats l'accès au Parlement, allons jusqu'au bout de la logique... Interdisons aussi, du fait des risques de conflits d'intérêts, les notaires, les experts-comptables, les médecins, les pharmaciens, les chimistes, les chirurgiens, les inspecteurs du travail, les biologistes, les responsables de la sécurité, les magistrats, les hauts fonctionnaires, les agents des impôts, les syndicalistes, les membres de la Cour des comptes, les membres du Conseil d'Etat, les Inspecteurs généraux de l'administration, les Inspecteurs des finances, les agriculteurs, les employés des banques, les chefs d'entreprise, les élus consulaires, les religieux, les employés du secteur de l'énergie, les secrétaires des chefs d'entreprises, les journalistes d'investigation, les comptables d'entreprises, les juristes d'entreprise, les fonctionnaires détenteurs d'une parcelle de la puissance publique, les policiers, les professeurs d'Université, etc... etc... etc... Et puisque l'on y est, abolissons les élections et faisons comme dans l'ancien Koweit : les parlementaires sont choisis et désignés par le seul Chef de l'Etat, en, pour faire des économies, allons jusqu'au bout, supprimons tous les parlementaires et laissons au seul Souverain absolutiste le pouvoir législatif ! DÉSOLÉ, MAIS CE N'EST PAS MA TASSE DE THÉ ! Je sais que les avocats dérangent beaucoup, mais il sont, au même titre que l'indépendance de la Justice, l'une des garanties de la démocratie ! Au lieu de publier des états de patrimoine dont le citoyen n'a rien à foutre, exigeons, comme cela ce fait bien plus en Europe et notamment au Parlement européen, des déclarations de conflits d'intérêts potentiels contrôlées non pas par une pseudo-commission indépendante mais par la JUSTICE !

 

Alors, trois questions :

1/ Qui peut me donner la définition juridique d'un avocat d'affaires ?

2/ Quel avocat n'a jamais eu pour client un syndicat, une société ou une entreprise de quelque nature que ce soit ?

3/ Les avocats gênent-ils parce qu'ils connaissent le droit ? Est-ce pour cela qu'on veut les virer du Parlement ? A interdire l’accès au Parlement d’une part significative des citoyens français, c'est dès lors que la démocratie serait en danger !

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Politique
commenter cet article
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 09:10

 

Bacheler

Jeune écuyer non encore fait chevalier

 

Bachelot

Jeune homme non marié

 

Bertrand

Cheval

 

Cafin

Chausson

 

Chatel

1. Capital. 2. Possession mobilière, bien ou effet mobilier quel qu’il soit

 

Copé

Coupé (s’agissant de bois)

 

Cuvilier

Harceler

 

Désiré

Déchiré

 

Escofier

Tuer

 

Estros

A l’instant, sans détour, directement

 

Fillon

1. Garconnet. 2. Terme injurieux : pédale, tarlouse, tantouse

 

Fournier

Boulanger préposé au four banal

 

Gaymard

Qui cultive la terre

 

Godin

Bandit de grand chemin vivant dans les bois

 

Hamon

Qui habite un hameau

 

Hérault

Messager

 

Hort feu

Qui a la ruse du feu

 

Hue

1. Cri. 2. Huée. 3. Hughes

 

Le Brian

Celui quic rie

 

Le Foll

(selon le contexte) 1. Le fou. 2. Le brave un peu intrépide. 3. Le lâche

 

Longuet

Qui tire en longueur, un peu long, longtemps

 

Mondebour

Protection d’un puissant, le plus souvent ecclésiastique, sur celui qui se met en sa dépendance

 

Moriset

Blessé, le plus souvent à la tête

 

Muselier

Qui se met au museau

 

Raffardin

Qui raille, qui se moque de la bêtise des autres

 

Tabart

Manteau

 

Vautrin

Qui se roule dans la boue

 

Wauqier

Errer

 

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Varia
commenter cet article
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 11:36

J’ai en mémoire cinq événements historiques liés à des éclipses de lune :

- En 413 avt JC, une éclipse de lune provoque la défaite du général athénien Nicias qui assiégeait Syracuse. Y voyant un mauvais présage, il allait différer d’un mpois la retraite de ses troupes. Bilan : perte de 200 navires, 29000 soldats tués ou prisonniers, et Nicias executé (cf. Thucydide) ;

- En 311 avt JC, Après une éclipse de lune, Alexandre le grand a beaucoup de mal à calmer ses troupes à la veille de la bataille d’Arbèles ;

- En 168 avt JC, Sulpicius Gallus, lieutenant du consul Paul Emile dans la guerre contre Persée, dernier roi de Macédoine, averti qu’une éclipse de lune aurait lieu dans la nuit précédant la bataille de Pydna, en prévient ses troupes et en tire avantage en attaquant dès le début de l’éclipse. Panique chez les Lacédémoniens qui sont écrasés. Première modificationd ‘une tactique militaire en fonction d’un événement naturel, du moins en Occident. Conséquence ? la chûte du royaume de Macédoine (cf. Tite-Live) ;

- Le 22 mai 1453, une éclipse de lune brise le moral des défenseurs de Constantinople qui y voient le signe de leur défaite face aux Turcs. Conséquence plus ou moins liée ? la chûte de l’Empire romain d’Orient ;

- Le 4 juillet 1917, Lawrence d’Arabie, à la tête d’une quarantaine de bédouins, s’empare du fort turc d’Aqaba à la fraveur d’une éclipse totale de lune, les défenseurs ne pensant qu’à tirer en l’air et à faire du vacarme dans l’espoir de délivrer la lune. Il y a eu ici adaptation de la tactique à l’événement.

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Histoire
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 20:03

Marre d'entendre tous, gauche comme droite, parler de morale en permanence ! 


La sur-moralisation a TOUJOURS conduit aux extrémismes ! 


Et on a vu ce qu'ont donné les Staline et Hitler, deux des "hommes" ayant le plus eu le mot de "morale" à la bouche, a avoir le plus imposé de la sur-moralisation ! Les procès de Moscou ont été faits au nom de la morale ! Les Juifs ont été exterminés, entre autres (car eux ont eu droit à toutes les fausses excuses pour être massacrés), au motif de la morale ! Castro a torturé au nom de la morale ! Pol-Poth a massacré au nom de la morale ! Les talibans détruisent au nom de la morale ! L'apartheid a été fait au nom de la morale ! Caton a tué son fils au nom de la morale ! Socrate a été condamné au nom de la morale ! 

 

La sur-moralisation permet de justifier toutes les bassesses, toutes les violations du droit, toutes les atteintes aux libertés ! Alors, arrêtons de déconner et de jouer avec le feu de ces mots !

 

Nous avons déjà tout l'arsenal juridique nécessaire pour garantir une éthique en politique, u-ti-li-sons-le !

 

Il faut surtout envisager la possibilité d’existence de la morale et d'une morale de l’autre, donc tout simplement l’existence de l’autre comme partenaire, car il ne faut pas s'enfermer dans des conventions de formes qui ne sont dès lors que les canons d’une morale sociale dévoyée, que l’accumulation de procédés mécanistes... Or, on ne pense aujourd'hui qu'à cette accumulation, ou plus exactement que et qu'à cette accumulation ! Et faire du droit, comme on veut le faire aujourd'hui, un synonyme absolu de morale ferait pour prendre un exemple parlant que les Lois de séparation seraient morales aux yeux d’un catholique, que l’avortement serait moral en lui-même pour le même catholique, ou que vice-versa, là où elles existent, que les lois sur le sacrilège seraient morales pour les croyants autrement !

 

Par contre, rien n'interdit de réintroduire une vraie instruction civique, donc l'enseignement des principes de base des valeurs et de la morale républicaines ! Mais, là, comme par hasard, ceux qui évoquent le plus la morale aujourd'hui, et ce de tous les bords politiques, n'ont pas toujours été pour, alors que c'est la seule base, car justice et morale coexistent de manière naturelle dès qu'on ne cherche pas à les forcer ! Car la morale peut être, comme la langue d'Esope, la meilleure ou la pire des choses !

 

Alors, par pitié, faisons acte de très grande prudence en la matière !

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Politique
commenter cet article
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 05:05

Un mot ancien qui semble simple à définir, et pourtant…, sans entrer dans les détails…, le mot « fief »…

 

Fief, n. m.

Etym.-  du bas latin feodum.

Var. - fé, feus, fey, fié, fied, fieffe, fieus, fiouf, fiu, fius.

Lat. - feudum.

Lire : Fossier (R.), « Fief », in : Dictionnaire du Moyen Âge, PUF, 2009, pp. 529-531 ; - Fourquin (G.), Seigneurie et féodalité, PUF, Paris, 1977 ; - Harcher (J.-B.-L.), Traité des fiefs sur la coutume de Poitou, J. Félix Faulcon, Poitiers, 1762 , 2 tomes ; - Riston (V.), Contribution à l'étude du droit coutumier lorrain…, Paris, 1887

 

||1. Tenure noble n’obligeant son tenancier qu’à des services personnels, le plus souvent militaires.

« Jo vus durrai or e argent asez, / Teres e fieus tant cum vus en vuldrez » (Chanson de Roland, vv. 75-76)

 

||2. Mode de possession de propriété précaire qui s’applique aux terres nobles et roturières, aux offices, aux fonctions, aux dignités (cf. La Curne, VI, p. 205, col. 1). Il peut même s’agir d’un simple droit, d’une simple redevance…

« Les Fiefs, même ceux de dignité n’annoblissent point ; Ordonnance de Blois, art. 258 » (Harcher, Traité des fiefs, I, I, i, 24)

« Feudum est benevola, libera é perpetua concessio rei immobilis, vel aequipollentis, cum translatione utilis dominii proprietate retentâ sub fidelitate & exhibitione servitiorum » (Charles Dumoulin,  préf. du titre sur les fiefs, n. 114)

« [Le fief est une] concession gratuite, libre et perpétuelle d’un immeuble ou d’une chose équivalente, avec la translation du domaine utile, la propriété du domaine direct restant à ceui qui fait la concession, à charge de foi, d’hommage et de services par celui qui les reçoit » (Breyé, Traité du retrait féodal, Nancy, 1736)

« Fief vient à Fide & fidelitate ; parce que le serment de fidélité ou la foi & hommage que le vassal soit à son Seigneur, sont de la substance & de l’essence du Fief » (Harcher, Traité des fiefs, I, I, i, 5)

« D’où il s’ensuit que la Seigneurie directe reste au Seigneur & que le Domaine utile appartient au vassal ; que les Fiefs consistent en immeubles ou en droits réels, même en droits incorporels, assignés sur un Fief » (Harcher, Traité des fiefs, I, I, i, 6) 

« La substance du Fief consiste dans le Contract d’inféodation & dans la chose inféodée, & encore dans les Droits établis par la Coutume entre le Seigneur & le vassal, comme le peiement des Lots & Ventes, le rachat, le retrait féodal, la foi-hommage, l’aveu & dénombrement » (Harcher, Traité des fiefs, I, I, i, 24)

« Dans la regle générale, Fief et Justice n’ont rien de commun » (Harcher, Traité des fiefs, I, I, i, 15)

« Le Fief peut être sans Justice, & la Justice sans Fief » (Billecoq, Traité des Fiefs, I, 16)

 

||3. En Normandie et en Bretagne, tenure en général, qu’elle soit noble ou non.

Com. - On y distingue alors fief roturier et fief noble.

« Est que selon la loy escrite il sont deux differences de fiefs, c’est à sçauoir le fief de condition feodal, & le fief de condition non feodal (Boutillier, Somme rurale, liv. I, lxxxii)

 

Principaux types et qualificatifs de fief (hors variante locales) :abonné ; abregé ; admorti ; en l’air ; ameté ; d’amitié ; ample ; d’argent ; aroturé ; d’aumône ; d’avouerie ; bachelier ; banneret ; bourcier ; boursal ; burcal ; de camera ; capital ; castrense ; censuel ; de la chambre ; en chef ; de chevalier ; chevel ; commis ; de condition feudale ; continu ; corporel ; de corps ; cottier ; en la court du seigneur ; couvert  ; de danger ; demi-lige ; dépaisse ; dépié ; de dévotion ; de dignité ; dominant ; dormant ; droit ; ecclésiastique ; échéant ; d’écuyer ; égalable ; entier ; épiscopal ; escliché ; éteint ; ex pacto et providentia ; féminin ; fini ; de fisc ; de foi ; forain ; franc ; furcal ; garenti en parage ; gentil ; de haubert ; de haubert (plein—) ; de son homme ; d’honneur ; hors la court du seigneur ; immédiat ; incorporel ; inférieur ; jurable ; levant ; de liage ; libre ; lige ; de maître ; manuel ; masculin ; médiat ; militaire ; de miroir ; mort ; donné à mortgage ; mouvant ; noble ; à nud ; de nud ; en nuesse ; d’office ; ouvert ; de paisse ; de paisse et de gîte ; parager ; pardesous ; paternel ; patrimonial ; perpétuel ; personnel ; de piété ; plain ; plein ; de pléjure ; prin ; de procuration ; de profit ; propre ; propriétaire ; de protection ; recevable et non rendable ; rendable ; de reprise ; de retraite ; revanchable ; revanchable ; égalable ; échéant et levant ; de revenu ; de revue ; roturier ; royal ; rural ; servant ; simple ; à simple hommage ; de sodoïer ; de solde ; de suite ; supérieur ; suzerain ; taillé ; temporaire ; tenant ; tenant et prenant ; tenu en pairie ; tenu en quart degré du roi ; tenu roturièrement ; terrien ; vif ; vilain ; volant ; …

 

 

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Vocabulaire médiéval
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 13:00

Une question à se poser sur le sens réel de la "poule au pot" laissée aux Français par Henri IV. Car qu'était la poule avant sa suppression ... sous Henri IV...

 

"Poule, n. f. [fisc.]

Redevance, droit personnel dû par le serf tenant feu dans la justice d’un seigneur. 

Com. - Cette redevance a surtout existé dans le Languedoc et en Béarn. Une seule poule était dûe, même lorsque plusieurs personnes demeuraient au même feu et au même pot : Unam galinam pro igne (Bail de Costorguet, 1290, Arch. Dép. Haute-Garonne, lias. 2, n° 12).  La poule pouvait être due soit pour le cens, seul récognitif de la directe (7 deniers à Olargues en 1289), soit pour l’usage (une poule en nature), soit pour les deux. Dans certains endroits, c’était le serf qui choisissait la forme de la redevance. 

Syn. - galina, galine.

 

Il faudrait que je retrouve le texte exact de Henri IV... L'origine ne tiendrait-elle pas dans le fait que désormais le foyer (pot) pouvait désormais manger sa poule et non plus la livrer au seigneur ?

 

Nota : la définition est tirée de mon glossaire en cours. Ne pas la reproduire sans mention de la source. merci...

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Histoire
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 00:00

Ca y est ! Marseille est Capitale européenne de la culture, bon une demi-capitale avec Kosice là-bas chez les Slovaques diront les grincheux, mais une capitale quant même… Perso, je ne suis pas trop culture pseudo-kalachnikhov, scooters en goguette, criailleries, incompréhensible pseudo-intellectuel, etc… Perso, je suis pour la culture, la vraie, celle des rues comme celle des « intellos »… Et Marseille mérite amplement son « capitalat », car Marseille a une histoire, Marseille a une culture, pas une culture parisienne, certes non, mais une qui lui est propre, car Marseille est vieille, car Marseille, avant même Gyptis et Protis, a une longue histoire… Une culture propre, car Marseille a été Massalia, Massilia, Marsilho, Marseille, et même … sans nom avec le délire de certains Conventionnels, de ceux qui voulaient, les « pôvres » d’esprit, raser la colline de la Garde, rien que ça ! Une culture propre car Marseille est grecque, latine, chrétienne, orientale… Et c’est cela aussi qui fait que Marseille est jeune !

 

Alors, j’ai décidé de balayer tout au long de cette année – qui aura quant même de beaux temps forts aux accents locaux, donc mondiaux vue la tradition et la culture même de la ville, attendez un peu de voir notre MUCEM « plein » – des anecdotes et des réalités de notre ville, en vous proposant un abécédaire. Un abécédaire ? encore un ? Oui ! Et voici ce qui sera évoqué (on peut même faire plus si vous voulez, proposez, je verrai, je ne promets rien…) :

Astronomie - Borély (aéroport, hydravions, grand prix, etc...) - Charité (Tour des Trinitaires, Ursulines, etc...) - Delay (Mgr - et les Juifs) - Euthyménes, Pythéas et quelques autres - Fontaines - Français de Marseille - Grottes - Hôtels (de Cabre, de Villeneuve, etc...) - Iles - Institutions antiques - Jules César - Kennedy (corniche) - Libération - Madeleine et Lazare - Massalia - Navettes - Notre-Dame de la Garde - Opérette - Oppida - Pyramides (La Penette, Roy d'Espagne) - Quadi ( ??? là, c’est la surprise…) - Ruisseaux - Santons - Thon et madragues - Université - Urbain V (Saint-Victor, Marseille ville pontificale, ...) - Virus (à quoi le mérité Nobel marseillais ?) - Wisigoths - X (les Moines anonymes de la Peste de 1720 ; d’ailleurs en voilà qui devraient être canonisés deuis longtemps) - You-you et autres barques - ZAC Saint-Charles (5 millénaires au moins de plus).

Té, mais que Marseille a donc une riche histoire !

 

Bon… Maintenant, je retourne à ma plume, et premier rendez-vous lundi prochain avec « Marseille A comme … astronomie ». L’astronomie dites-vous ? Pourquoi ? Avec le petit observatoire de Lonchamps ? Ben oui, nous ne sommes pas fadas, car pas si petit cet observatoire… Pourquoi ? Est-ce parce que la Vierge de la Garde est couronnée d’étoiles ? Est-ce parce que les Marseillais sont toujours un peu rêveurs d’horizons exotiques ? Est-ce à cause de l’étoile qui glorifie la poitrine des joueurs de l’OM ? Toujours est-il que Marseille est depuis toujours la tête dans les étoiles ! Car Marseille est un phare de l’astronomie…, le saviez-vous ? Saviez-vous que si Hubble n’est plus myope c’est parce que la NASA elle-même est venue chercher des Marseillais, par exemple du côté des Olives,  pour lui « faire des lunettes » ? Mais pourquoi aller chercher si près alors qu’il est si facile de remonter bien plus loin, et déjà aux aurores de notre Cité, du moins ses aurores grecques… Déjà, même en suivant le trait de côte, il n’était pas facile il y a plus de 2600 ans de relier, sans être un thon d’Aristote, sans gros tracas et avec de nombreux passagers, dont des femmes, des enfants, et même un feu sacré et une Artémis en prime, l’antique Phocée et notre Lacydon (à moins que ce ne soit vers Montredon ou Maïre)… Même si le Grec n’aimait pas trop naviguer la nuit, toujours est-il que déjà des étoiles guidaient ceux qui allaient devenir des Massaliotes, rien que l’Ionienne déjà… Déjà de l’astronomie, déjà du bon usage des étoiles, et pas pour annoncer la x-ième fin du monde, mais bien plus beau, pour créer un monde nouveau : Massalia, Massilia, Marsilho, bref Notre Marseille !

 

On bavarde, on bavarde, on bavarde… Faut écrire maintenant !

 

© Serge Bonnefoi, 16 janvier 2012

 

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Varia
commenter cet article