Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 08:51

Le texte de [Jn 4, 1-42] et les extraits de la Bible sont repris de : La Bible de Jérusalem, Desclée de Brouwer, Paris, nvlle. éd., 1975.

 

Le texte de la Samaritaine (Jn 4, 1-42) est tellement connu qu'il en est devenu ignoré. C'est là l'éternel paradoxe de  la sur-connaissance vidant de son sens la réalité ou l'objet. Il est donc nécessaire de relire mot à mot, phrase par phrase, ce passage de l'Évangile de Jean pour en saisir à nouveau le sens, pour lui redonner en esprit et en vérité la place fondamentale qu'il occupe dans le ministère et le mystère de Jésus. Ce texte est en lui-même une pastorale, une catéchèse, ouvrant aux sacrements, d'où son importance majeure pour les catéchumènes et les confirmants, mais aussi pour nous tous, chrétiens, qui devons bien comprendre la route qui nous conduit à Dieu, mais aussi le don de Dieu : la vie éternelle.

 

Ce texte n'est pas une parabole (Qu'est-ce qu'une parabole ? ) - Jésus nous a donné une grille de lecture des paraboles en [Mc 4, 10] -, mais une histoire vraie ; il n'est pas non plus une parousie car il ne s'agit pas d'un discours mystérieux où chaque élément a un sens séparé tout en formant un tout (par exemple, le texte sur le Bon Pasteur en [Jn 10, 1-5]). Il est un témoignage, une histoire que nous offre Jésus-Christ, un épisode de sa vie témoignant de sa sollicitude envers ses "frères humains", une démonstration de la miséricorde du Père. Cependant, faisant appel aux symboles -l'eau, le puits-, à la métaphore (ou transfert de sens) - l'eau vive -, ce texte a un fort caractère allégorique puisque chaque verset a sa signification propre, traduisant la lente marche de l'homme vers la découverte du mystère de Jésus et de la foi intérieure. Par ce texte, Jésus veut nous faire entrer dans le mystère de Dieu, donc dans celui de l'homme, tant le destin de l'homme est lié au dessein de Dieu.

 

Il est bien évident que “mystère” ne doit pas s'entendre ici au sens “d'Arsène Lupin”; il ne doit pas non plus s'entendre au sens ancien ou sectaire de rite, de culte secret, réservé à des initiés en vue de leur octroyer le salut ou la vie sauve (cf. les mystères d'Éleusis ou d'Isis). Ce mot doit s'entendre au sens chrétien de dogme révélé, inaccessible à la seule raison car lié au dessein de Dieu. On peut ici songer aux mystères joyeux, douloureux et glorieux du Rosaire, ou encore au mystère de la Trinité, au mystère de l'Eucharistie, bref à tout ce que la seule raison ne peut pas expliquer et qui demande une adhésion personnelle à Dieu. L'Évangile est lui-même mystère car il a été caché jusqu'à la venue de Jésus Christ sur notre terre, car il vient de Dieu qui est d'une nature, d'une essence, d'une substance différente de la notre qui ne sommes que ses créatures, même si l'homme a été créé à l'image de Dieu ; mais ce mystère est aujourd'hui disparu car la Bonne Nouvelle s'adresse à tous les hommes. Le mystère chrétien se distingue donc notamment du mystère antique ou de celui des sectes en ce sens qu'il est offert et qu'il s'offre à tous les hommes sans aucune exception -y compris aux non-croyants- et non pas octroyé à quelques seuls initiés sélectionnés non par Dieu mais par d'autres hommes ou des “dieux”.... (pour en savoir plus : Dictionnaire encyclopédique de la Bible, Brepols, 1987, pp. 880-882).

 

Ce texte, qui est à la fois histoire, message, appel à la foi, appel à l'approfondissement de cette même foi, et surtout révélation, doit nous porter, nous chrétiens, car c'est au monde qu'il s'adresse; il est donc appel à la méditation. Jésus, au travers de son humanité, s'adresse à chaque homme pour qu'il découvre Dieu, mais Il s'adresse aussi à chaque croyant pour qu'il se dépasse dans sa foi intérieure.

 

Le message que nous délivre Jésus est simple : Je le suis ! (voir le verset 26). Et ce message atteint chacun d'entre nous en son cœur car il est expression de la joie et de la certitude de la présence de Dieu parmi nous.

 

Après le texte de la Samaritaine, Dieu n'est plus inaccessible ; il n'est plus le Dieu lointain de l'Ancien Testament; il n'est plus le Dieu impalpable des philosophes : Il est ! Il est vivant parmi nous et pour l'éternité, en confiance, en amour, en liberté et en miséricorde.  Dieu s'est approché de nous; Il nous tend la main... À nous de la saisir ! Prenons sans hésiter  l'ascenseur qui nous élèvera sans fatigue vers les régions infinies de l'amour, cette voie de la miséricorde divine qui conduit au ciel et que nous offre Sainte Thérèse de Lisieux (LT 229,2 ,23 mai 1897, À Mère Agnès de Jésus)....

 

Ce texte est magnifique car il parle tant à la foi intellectuelle qu'à la simple confiance du cœur, les fusionnant dans une même foi, celle en Jésus-Christ, donc en Dieu ! Ce texte parle à tous, à chacun selon ses moyens. Il est donc susceptible de proposer des niveaux de lecture différents, mais ce n'est pas là une source de faiblesse du Christianisme, mais bien plus une source de richesse car le message du Christ est ainsi universel, parlant pour tous les hommes et non plus à une minorité - comme dans tant d'autres religions -. Tous les hommes peuvent comprendre le message divin, quel que soit leur niveau de culture ou d'éducation. Jésus nous ouvre -ouvre nos cœurs- avec ce texte à la perception, à la compréhension, à la perspective divine : Entende, qui a des oreilles (Mt 13, 43).

 

Jésus, par ce texte, cette histoire vraie, nous  fait comprendre qu'il est  le Verbe ! Il nous fait entr'apercevoir sa Gloire ! Il est Dieu parmi nous ! Tout au long de ce récit, Jean nous fait comprendre qu'avec la venue du Messie, la face du monde est changée : toutes les questions ont trouvé leur réponse, les temps sont accomplis. L'heure vers laquelle tendait toute l'histoire humaine a sonné (Thabut (M.-N.), L'intelligence des Écritures, Éd. Soceval, Châteaufort, 1999, page 166). À nous de le comprendre !

 

Jésus veut nous amener à une soif plus grande que celle de l'eau, à une lumière plus grande que celle de la vue, et il veut nous en rassasier. Jésus veut illuminer notre foi et combler nos cœurs. Il nous invite à le suivre. Il veut tous nous sauver en nous intégrant dans l'amour et la miséricorde du Père. Laissons nous emporter par l'eau qu'il offre à la Samaritaine, par la vue qu'il offre à Bartimée (Mc 10, 46-52) -Bartimée ou l'aveugle de Jéricho -, par la parole qu'il nous offre ! Abandonnons-nous à Dieu et soyons donc toujours attentifs et ouverts en esprit et en vérité, en nos cœurs et dans nos vies, au message de Jésus Christ, Dieu le Fils, Vrai Dieu et Vrai Homme, Ressuscité et Sauveur. Vivons et méditons donc en Église le Kérygme (A propos du Kérygme )...

 

Mettons nous à la suite de Jésus ! Bondissons joyeux vers sa Lumière et laissons nous submerger par son Eau ! Que notre foi soit un élan irrésistible d'amour !


(suite : Jésus et la Samaritaine (2) 

Partager cet article

Repost 0
Published by Serge Bonnefoi - dans Nouveau Testament
commenter cet article

commentaires